Big Brother ?

Sur le premier point, c'est le plus simple: Google Street View met en ligne une quantité énorme de photos prises sur le domaine public, donc qui sont à l'heure actuelle considérées comme publiables. Dés les débuts, la question s'est posée (reconnaître un visage, reconnaître l'immatriculation d'une voiture, voir l'intérieur d'un domicile privé, etc). Et Google y a répondu à sa façon, en faisant un peu de nettoyage automatique sur ses photos.

Mais la question reste, même si la façon de la poser de notre député n'est pas forcément la bonne. On revient à la question posée par Laurent Chemla, dans Confessions d'un voleur. Il compare l'arrivée d'Internet à l'invention du télé-porteur. Effectivement, Internet supprime en bonne partie les distances, et met les données publiques en accès instantané.

Exemple jugé positivement par tout le monde: tous les citoyens ont accès, en permanence, facilement, de partout, aux textes de loi en vigueur mis à jour. Impossible avant Internet. Autre exemple, jugé positivement par beaucoup, et négativement par certains élus: tous les citoyens peuvent suivre en direct ce qui se raconte dans l'hémicycle de l'Assemblée Nationale, et répondre à leurs députés par mail, à peu près en direct. Et, de la même manière, des photographies géo-localisées avec précision (maintenant que les téléphones font aussi GPS et appareil photo) pullulent sur Internet. Google, qui en publie une quantité industrielle, fait l'effort de tenter de flouter les siennes. Mais voilà, en cherchant une adresse postale, on trouve facilement des photos du lieu, que Google industrialise ça, ça ne change pas grand chose, par rapport à tout ce qui se publie de photos partout sur le réseau.

Effectivement, le réseau ne dévoile rien. Ayant une adresse postale, j'ai l'absolue liberté de me rendre devant l'immeuble, pour voir de mes propres yeux. Simplement, je ne le fais pas, en général, parce que c'est loin, c'est long, c'est fatiguant, ça coûte de l'argent. Internet abolissant les distances, en la matière, je supprime la difficulté technique.

Décider que l'on n'a plus le droit d'automatiser ce procédé, c'est poser la question de savoir si c'est le traitement unitaire ou le traitement de masse, qui est interdit. Si ce n'est que le traitement de masse, alors il finira par exister des outils qui chercheront des photos, partout, sur critères de localisation géographique (ça existe déjà), couplés à des bases de données d'adresses (ça, pas encore). Ce sera interdit aussi? Mais quel bout? La publication d'une photo unique? Le fait d'associer une adresse à des coordonnées GPS, et donc l'interdiction des systèmes qui proposent des itinéraires, ou du GPS sur les téléphones, via Internet? Où est la limite?

Une approche enfin de la question des automatismes

Curieusement, monsieur le député se demande si la publication par Google, de façon systématique, de photographies par ailleurs parfaitement légales, et ne posant pas soucis individuellement (parce qu'il est évident que si je poste une photo sur flickr avec l'adresse du lieu, ça restera légal, si j'ai bien compris), doit être interdite.

Et il indique bien, si j'en crois la presse, que c'est l'automatisation qui pose problème. On pourrait faire le même reproche aux radars automatiques, genre, au hasard. Les radars ne font qu'automatiser une tâche de surveillance autrefois unitairement acceptée et dévolue aux forces de police. Maintenant, ce sont des automates qui effectuent un contrôle continu. Bien? Pas bien? Je ne suis pas sûr qu'il se soit posé la question en ces termes...

On peut élargir: tous les systèmes de détection automatique des infractions posent la même question. Ils constituent autant de systèmes de surveillance portant atteinte à la vie privée des citoyens. Ces systèmes ont été jugés acceptables quand on les mettait entre les mains éclairées de policiers humains, autorisés à faire preuve de discernement. Le sont-ils encore aux mains d'automates ?

D'ailleurs, la question de la surveillance pour détecter les infractions est aussi intéressante sous un autre angle. Si on me surveille, pour vérifier que je suis sage, c'est qu'on suppose que je ne le suis pas, a priori. N'est-ce pas une remise en cause, insidieuse mais réelle, de la présomption d'innocence ?

Finalement, c'est bien le fond de la question posée sur la vidéo surveillance: est-il légitime de mettre des vigiles automatiques à tous les coins de rues? Bin oui, des vigiles, les vidéos ne sont pas réservées à la Police sur réquisition de la Justice, mais le plus souvent à des sociétés privées, dans des conditions trop souvent floues.

La question de savoir si tout procédé accepté unitairement peut être automatisé sans autre forme de procès est intéressante. C'est simplement triste qu'elle ne ressorte pas quand c'est l'État qui porte atteinte aux libertés.

La peur d'Internet

Il y a, là, un clivage qu'on voit apparaître de plus en plus souvent. En caricaturant un peu, on arrive à ça...

D'un côté, les gens de l'ancien monde, qui n'aiment pas tellement la transparence des nouveaux usages. On y trouve les Séguéla, qui ont peur d'Internet parce que maintenant les petits moments délicats des personnes publiques peuvent finir en ligne, et circuler, vite, et de manière incontrôlable, sans passer par les filtres finalement assez amicaux de la presse. On y trouve les députés, effrayés à l'idée qu'un troupeau d'Internautes les regarde lire le journal dans l'hémicycle. Les anciens, pour les nommer comme ça, considèrent que c'est dramatique qu'on puisse se voir refuser un travail à cause d'une photo de cuite sur Facebook.

De l'autre côté, les gamins du nouveau monde, qui s'en fichent. Quand on leur décrit le dernier gadget à la mode sur le net, ils foncent regarder, et si les copains adoptent, alors ils adoptent. Ça étale leur vie privée en public? Bah, s'en fichent. Ça concentre le débat sur le buzz plutôt que sur le fond? Bah, pas grave, au moins c'est rigolo et pas prise de tête. Pas pris dans un boulot a cause d'une photo? Bah, ça évitera de travailler pour un débile.

Ce n'est pas un débat entre ceux qui ont compris et ceux qui n'ont pas compris. C'est un débat entre ceux qui sont nés sur Internet, et ceux qui l'ont appris, voire ceux qui ne l'ont toujours pas appris.

Tout comme Beaumarchais nous expliquait qu'il n'y a que les petits hommes qui redoutent les petits écrits (Le Mariage de Figaro), on pourrait dire qu'il n'y a que les petits hommes qui redoutent les petites vidéos. Les anciens de l'époque avaient une vraie peur de la liberté de la presse, alors qu'aujourd'hui le plus obtu des politiques, le plus archaïque des hommes publics, a compris qu'il peut en jouer, et a appris à en jouer. Les gamins d'aujourd'hui, je n'en doute pas, deviendront des politiques qui sauront parfaitement utiliser la transparence imposée par Internet. Probablement avec pas mal de démagogie dedans, mais qui osera prétendre que les politiques de l'époque de la presse ou de la télévision ne recourraient pas à la même démagogie...

Forcément, quand on garde à l'esprit cette grille de lecture, on se dit que ce pauvre député, si au moins il s'est mis à réfléchir un peu sur les impacts du numérique au lieu de les nier (attitude qui était encore très en vogue il y a seulement quelques années), n'est pas encore sorti de sa peur. Il a commencé à comprendre la marque que le numérique impose sur la société, mais ce n'est pour le moment que pour en être fasciné (je cite ses propos repris de l'article), et en avoir peur.

L'idée de vouloir interdire de publier des photos de bâtiments est idiote. C'est une mauvaise réponse. Même si la question (vie privée, etc) était intéressante. La réponse qu'a choisi Google, peut-être pas idéale, est cependant plus intéressante.