Numérique, crise, polycrise, et analyse de contexte.

Le mot Polycrise, je l'ai piqué dans un bouquin de Michel Rocard. Il l'a lui-même piqué à quelqu'un d'autre, mais je ne sais plus qui. Il désigne le fait que trois crises majeures, qui chacune pourrait bouleverser une quantité incroyable de choses, sont en train de se produire en même temps.

La première, c'est l'explosion à répétition de la finance hors de contrôle. Le dernier cas similaire connu, c'est celui de 1929, qui se traduit par des politiques d'austérité dans toute l'Europe. Ces politiques poussent à la montée des extrêmes dans toute l'Europe, jusqu'à la prise du pouvoir par les fascistes en Italie, les franquistes en Espagne, et les nazis en Allemagne. Regardez bien, on est pile sur cette pente là, et pile dans le timing. Pardon ? Ah oui, la gauche est au pouvoir en France. Oui. Tout juste. En 1936, 3 ans avant la guerre, ça s'appelait le Front Populaire.

La seconde crise, c'est la fin des énergies fossiles. Pour le pétrole, le déclin est commencé, on ne peut pas en produire vraiment plus, et on va même être contraint d'en produire progressivement de moins en moins, et de plus en plus cher. La totalité de notre économie repose sur le postulat que l'énergie ne coûte presque rien. Et, comme le montre très bien JM Jancovici dans ses différentes conférences, le PIB est directement indexé sur la production d'énergie. Retrouver de la croissance sans trouver une source d'énergie bon marché et non-polluante, c'est impossible. Cette crise-là aussi, sera majeure.

La troisième crise, c'est l'avènement du numérique et d'Internet. Je l'ai expliqué dans assez de conférences, allez voir en ligne. La société change. Vite. Beaucoup. Ce changement de société peut se passer relativement en douceur. Ou pas. Le précédent qui vient en tête, c'est l'apparition de l'imprimerie, qui s'est traduit par le protestantisme d'une part (et donc le bain de sang des guerres de religion dans toute l'Europe) puis par les Lumières et la Révolution Française ensuite (pas mal sanguinolente aussi).

Ces trois changements majeurs ont lieu, peu ou prou, en même temps. Et tous les trois peuvent nous amener dans le mur. Et aucun de nos politiques n'en parle sérieusement.

Mon approche initiale

Après que j'ai appris qu'Isabelle Attard avait rejoint Nouvelle Donne, j'ai commencé à regarder ce que c'était. Bon, trop jeune, mais quelques idées intéressantes, dont celle de faire de la politique d'une façon qui pourrait me convenir. Pas trop d'accord avec leur programme économique, qui me semble simpliste bien que je ne sois pas un spécialiste du sujet. Mais deux fondamentaux évidents sont là : la recherche de la croissance à l'ancienne est une illusion, et la politique d'austérité telle qu'elle est menée est idiote. Après avoir vu Françoise Castex, députée européenne que je respecte pour son travail sur les sujets du numérique, et ses positions (par exemple) contre ACTA, quitter le PS pour Nouvelle Donne, j'ai recommencé à y penser. Et à me dire que c'était peut-être la meilleure nouvelle dans le paysage politique depuis longtemps. Et d'autres amis de recommencer à me pousser, à me dire que je devrais être candidat à des élections européennes[1].

En y réfléchissant, j'arrivais à ça : être sur une queue de liste[2], et donc devenir marqué politiquement, c'est sacrifier la légitimité que j'ai (chèrement) acquise sur tous ces sujets, pour n'avoir rien en échange. Pas plus d'écoute, pas plus de capacité d'expliquer à des politiques toujours sourds. Bref, ce serait sacrifier l'utilité que je peux avoir en échange de... rien. Être député européen, ça pourrait, éventuellement avoir un sens, mais c'est impossible à atteindre.

Puis, lors d'une visite à Bruxelles (j'allais expliquer la neutralité du Net à des assistants parlementaires du groupe ALDE, pour prêter main forte à l'analyste juridique de la Quadrature), je me retrouve, alors que ce n'était pas prévu à l'agenda initial, à boire quelques bières avec l'assistant parlementaire de Castex. Et lui m'explique clairement qu'il manque un pilier numérique à Nouvelle Donne, et que je devrais me présenter aux européennes, que ça lui semble évident que je pourrais être tête de liste, et qu'en gros, ils pourraient bien adopter un programme sur le numérique que j'aurais écrit en très grande partie. Bref, que tout ça pourrait avoir un sens.

La question change alors tout d'un coup. Je pensais que je n'obtiendrais au mieux qu'une place inutile en fin de liste. Mais là on me parle d'être peut-être à la tête d'une liste (y'a une procédure à suivre et tout ça, mais au moins ce n'est pas exclu), donc d'avoir une vraie chance pas complètement nulle de me retrouver député européen, et donc d'aller mettre du numérique partout dans le parlement européen...

La gamberge

Du coup, je prends rendez-vous avec Isabelle Attard, qui est membre du bureau national de Nouvelle Donne, et je commence à gamberger sur le sujet. Je me dresse une liste des points négatifs, il y en a une quantité invraisemblable. Je me dresse une liste des points positifs, il y en a 2-3 importants.

Dans les points négatifs, en vrac, c'est pas mon boulot, je n'aime pas travailler en anglais[3], je vais perdre tout le crédit que j'avais obtenu pour défendre les associations, je vais foutre mon patron dans la merde[4], je ne serai plus écouté en France, étant marqué politiquement, de toutes façons je ne serai pas élu, et même si j'étais élu, c'est pas moi tout seul qui bougerai le Parlement Européen, et de toutes façons c'est la Commission qui bloque autant qu'elle peut.

Dans les points positifs, il y a le fait que je ne peux pas me plaindre de la politique menée, et refuser de participer quand on me le propose. Il y a que Snowden a montré avec raison que nos gouvernements luttent contre nous, et qu'on ne peut pas laisser passer. Il y a que, quand on veut que quelque chose avance, il faut le faire, au lieu d'en parler.

Comme tout libriste habitué, en pareil cas, je lis. Tout ce que je trouve comme documents sur le fonctionnement interne de Nouvelle Donne, ce que publie le ministère de l'Intérieur sur l'organisation des élections. Les règles pour être candidat, le financement de tout ce merdier, le mode de scrutin, etc. Et je passe des coups de fil, à pas mal de gens que je pense pouvoir être de bon conseil. À peu près tous me disent la même chose. Si j'ai une chance d'être élu, c'est-à-dire si je suis tête de liste, je devrais y aller.

Alors voilà. Après mûre réflexion[5], les points négatifs, bon, ils sont négatifs. Mais je ne peux pas râler si je n'ai pas essayé de faire.

Du coup, j'en suis à poser le scénario type :

  • Si je me porte candidat à la candidature, il y a toutes les chances pour que je ne sois pas désigné, ou seulement loin sur la liste, et donc avec aucune chance d'être élu. En pareil cas, je retire ma candidature, c'est idiot de sacrifier un acquis pour rien.
  • Si par mégarde j'étais placé en tête de liste, alors, il y a un trou noir. Plus moyen de reculer, bien entendu. Trop tard pour avoir peur. Il faut que je fasse campagne, sérieusement, pendant deux mois. Et donc que je vive sans salaire. J'ai beau avoir un très joli salaire, je n'ai pas un sou de côté. Mettons, je fais clodo pendant deux mois. Normalement, je ne suis pas élu, et je peux retourner au travail. J'ai sacrifié 15 ans de vie associative, mais au moins j'aurais essayé de faire quelque chose.
  • Si jamais je suis élu, alors là c'est la catastrophe. Mais ça devient passionnant. J'ai 5 ans pour essayer de faire bouger quelque chose, en espérant que l'Europe ne soit pas à feu et à sang avant ça.

Et là, je ne sais pas. J'y vais ? J'y vais pas ?

Notes

[1] Je ne compte même plus les membres du parti pirate qui m'ont dit ça. Pour que je sois candidat chez eux, bien entendu.

[2] Pour ceux qui ne savent pas, les Européennes, c'est un scrutin de liste. Dans chaque euro-région, chaque liste obtient un nombre de députés proportionnel au nombre de voix obtenues. C'est suffisamment bricolé pour évacuer les petits partis, en segmentant en 8 grandes régions au lieu de faire un scrutin national, mais encore un petit peu ouvert contrairement aux autres scrutins en France. Pour que le premier candidat de la liste soit élu, il faut faire entre 5% pour les régions les plus favorables (Île de France, 13 députés) et 18% pour les régions les plus hostiles (centre-auvergne, 5 députés).

[3] I do speak enough of broken english to work with people from the European Parliament, but I really don't like to do it. My ideas are more clear when I think in French.

[4] Il va perdre son directeur technique, c'est grave pour une startup.

[5] Non, sans déconner, j'en suis à mal dormir la nuit... Ça fait des années que ça m'est pas arrivé, de mal dormir la nuit.